fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La moindre altercation entre un Français et un de ces visiteurs qui enrichissent notre pays est mise en avant par les médias quand notre compatriote peut apparaître comme étant l’agresseur. Quand nous sommes les victimes, les médias détournent le regard. Ce qui vient d’arriver à Jennifer Agostini est exemplaire du « deux poids deux mesures » de la presse.

Heureusement qu’il existe des journaux populaires comme le New York Post qui défient les diktats de la bien-pensance et qui acceptent de rendre compte des faits-divers dont les victimes de racisme sont des Européens.

En France, nous disposons par bonheur d’organes de réinformation comme Breizh Infos ou TV Libertés qui rendent compte de la réalité.

L’actrice Jennifer Agostini et une amie ont été violemment lynchées par une bande de 15 individus à New York. Qui les ont notamment traitées de « Sales Blanches ».

« Sales Blanches ! », Jennifer Agostini et une amie agressées

Le racisme anti-Blanc n’épargne pas les États-Unis. Le 26 novembre, l’actrice Jennifer Agostini, âgée de 43 ans, a publié une photographie de son visage à la suite de l’attaque dont elle a été victime au Sky Room bar de Manhattan vers 3 heures du matin dimanche dernier.

À la suite de provocations du videur afro-américain de l’établissement, qui aurait proféré des insultes anti-Blancs, Jennifer Agostini et son amie mannequin, Prendinellys Garcia, ont été agressées après avoir quitter le bar par un groupe de 15 personnes selon les premiers éléments communiqués dans la presse new-yorkaise. Les assaillants ont crié « salopes blanches », « sales Blanches » et « Putains de Blanches et leur argent », selon les propos rapportés.

Un anniversaire lourd de conséquences à New York

Les deux victimes ont intenté une action en justice pour empêcher la diffusion de la vidéo de l’agression. Tandis que Jennifer Agostini est censée incarner le personnage principal d’une série en mars 2020, elle va être contrainte d’avoir recours à de la chirurgie plastique… Et s’est par ailleurs vue administrer cinq points de suture.

L’association OLRA, devenue LEA (Lutte pour l’égalité dans l’antiracisme) est une des rares voix antiracistes françaises à dénoncer l’agression de Jennifer Agostini.

L’actrice était venu célébrer un anniversaire avec un groupe d’amis. C’est un accrochage entre l’un d’eux et le videur qui aurait mis le feu aux poudres à la suite de l’oubli d’une carte bancaire au bar après le départ de leur groupe. Le videur a par la suite bousculé Jennifer Agostini. Avant que 15 individus (dont le videur selon certains témoignages) ne s’en prennent à elle et à son amie beaucoup plus violemment quelques mètres plus loin.

Retrouvez l’article du New York Post en cliquant ici.
Un autre site au nom imprononçable offre quelques informations complémentaires, retrouvez-le en cliquant ici.
Retrouvez l’article de Breizh Infos en cliquant ici.
Photos DR Jennifer Agostini, New York Post, Twitter et FaceBook.

Victime d’une escroquerie, Jean-Charles, ancien légionnaire qui a dignement servi notre pays, père de deux petits enfants, a besoin de votre aide pour reprendre une vie normale. Un petit coup de pouce de votre part peut changer complètement sa vie et celle de William et d’Alice.

 

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu