fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Le monts manquent pour évoquer le haut-le-cœur que produisent les avilissantes caricatures publiées par Charlie Hebdo. Treize Français sont morts en combattant la barbarie et leur martyre est moqué, raillé, diminué, sali.

Réagissant pour une fois avec promptitude, le général d’Armée Thierry Burkhard, chef d’état-major de l’Armée de terre, a publié des mots forts pour défendre la mémoire de ses hommes tués au combat.

Nos soldats se battent contre l’islamisme non seulement dans les rues de nos villes, mais aussi en Afrique. Treize soldats viennent de donner leur vie au cours d’un affrontement contre des islamistes quand deux hélicoptères sont entrés accidentellement en collision. Un moment de deuil pour la Nation.

Treize familles françaises sont en deuil depuis l’accident tragique survenu en plein combat dans le Nord-Mali dans la soirée du lundi 25 novembre. Treize familles qui pleurent un fils, un frère, un mari, un compagnon ou un père. Parmi ces Français touchés au cœur, treize enfants, dont un à naître, pour qui leur père restera à jamais un « illustre inconnu ». Ils vénéreront sans doute à l’âge de raison son sens du devoir, mais souffriront toujours de n’avoir pas mieux connu cet homme qui les serrait affectueusement dans ses bras une dernière fois avant de partir au combat.

La cérémonie d’hommages aux 13 militaires, morts au combat au Mali le 25 novembre dernier, aura lieu le lundi 2 décembre aux Invalides. Le monde combattant est invité à leur rendre un dernier hommage le même jour à 11h30 sur le pont Alexandre III et le long de l’Avenue du maréchal Gallieni (entre le pont Alexandre III et les Invalides à travers l’esplanade), selon les modalités bien établies pour les derniers hommages à un compagnon d’armes. Rendez-vous sur le pont à partir de 11h00.

Pourtant, le temps du deuil de ces familles a été sali par des caricatures terriblement outrageantes dont votre journal a assuré la diffusion. Si l’indignation m’a d’abord gagné, c’est surtout une peine immense qui m’envahit en pensant au nouveau chagrin que vous infligez à ces familles déjà dans la souffrance. Une peine doublée d’une incompréhension profonde. Qu’avons-nous donc fait, soldats de l’armée de Terre, pour mériter un tel mépris ? Qu’ai-je manqué moi-même, chef d’état-major de l’armée de Terre, dans l’explication du sens profond de notre engagement, pour qu’avec une telle désinvolture soient raillés ceux qui ont donné leur vie afin que soient justement défendues nos libertés fondamentales ?

Le combat de nos soldats au Mali contre la barbarie islamiste n’est qu’un des volets de la lutte de nos sociétés contre cette lèpre qui menace notre sécurité et notre identité partout dans le monde et plus particulièrement en Europe. Ci-dessus, un groupe d’islamistes au Royaume-Uni. Dans un cercle rouge celui qui a commis une attaque terroriste à Londres le 29  novembre 2019.

Les soldats de l’armée de Terre sont au service de tous les Français, de tous ceux qui croient au souverain bien qu’est notre liberté. Ils chérissent profondément la paix qu’ils souhaitent à leurs compatriotes. Ils la chérissent tant qu’ils ont choisi de tout risquer pour la défendre, jusqu’au sacrifice de leur propre vie. Nous leur devons le respect. Nous devons la compassion à leurs familles.

Aujourd’hui, je ne me sens pas très Charlie,
Je me sens très Armée française.

Lundi prochain, 2 décembre, nous leur rendrons un dernier hommage et leur diront adieu, dans la cour des Invalides, réceptacle de tant de souffrances supportées pour que vivent notre âme française et notre liberté. Je vous invite, avec sincérité et humilité, à vous joindre à nous ce jour-là, pour leur témoigner vous aussi, qui avez souffert dans votre chair de l’idéologie et de la terreur, la reconnaissance qu’ils méritent.

Général d’armée Thierry BURKHARD
Chef d’état-major de l’armée de Terre

Les sacrifices des soldats sont le prix à payer pour que la France reste une grande nation. 

Ces soldats blessés, de retour à la vie civile, font parfois face à des situations dramatiques comme l’ancien légionnaire Jean-Charles. Je vous invite à découvrir son histoire ci-après.

Victime d’une escroquerie, Jean-Charles, ancien légionnaire qui a dignement servi notre pays, père de deux petits enfants, a besoin de votre aide pour reprendre une vie normale. Un petit coup de pouce de votre part peut changer complètement sa vie et celle de William et d’Alice.

Illustrations DR Charlie Hebdo, US Army, Armée française.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu