fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La victoire du Rassemblement national en France s’inscrit dans une victoire plus générale en Europe des grands partis patriotes qui ont fait de la défense de notre continent leur cheval de bataille. Un succès qui augure un changement de ton au Parlement européen sur la menace démographique venue du sud.

Ils n’étaient pas à la fête les champions du politiquement correct qui dominent dans les médias. Les résultats leur donnent le tournis car selon eux, un « vent mauvais » va souffler sur le Parlement européen.

En fait, c’est un vent puissant, celui de la révolte des peuples, qui va se lever et chasser les miasmes d’une idéologie putride qui condamne notre Vieux Continent à la mort.

Matteo Salvini, dans le contexte plus disputé de l’Europe de l’Ouest, est celui qui a remporté la victoire la plus éclatante.

« Une nouvelle Europe est née »  a répété le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini la nuit dernière, alors que les résultats électoraux de toute l’Europe étaient connus.

Le champion de la Lega poursuivi : « Je vais dire à ceux qui ont fait couler le rêve européen que je suis fier que la Lega participe à la renaissance d’une Europe en perdition. »

Avec 34 % des suffrages, Matteo Salvini a fait le plein des voix dans son pays. En France, le Rassemblement nationalrrive en tête avec 23,3 % des voix, loin derrière la Victor Orban Hongrie avec 52% des voix, un champion toutes catégories.

Victor Orban était crédité au départ de la soirée de 56 % des suffrages avant de se stabiliser à 52 %.

Voici comment RT présente les résultats du scrutin :

Comme en 2014, le Rassemblement national (RN) est arrivé en tête du scrutineuropéen le 26 mai, avec entre 23,4 à 23,7% des voix. Si le nombre de députés (24 pour la législature 2014-2019) dans l’hémicycle européen du parti présidé par Marine Le Pen ne devrait pas beaucoup évoluer, cette victoire s’inscrit dans la vague nationaliste qui bouleverse la donne politique depuis des mois dans les démocraties occidentales.

Marginal il y a encore quelques années sur le Vieux Continent, l’euroscepticisme s’est depuis fait une place de choix au Parlement européen, une évolution que ce scrutin confirme. En position de force en France, les eurosceptiques ont également écrasé les débats en Italie. Sous la houlette de Matteo Salvini, la Ligue a fait une percée historique dans le pays, confirmant le succès des élections législatives de mars 2018

Avec entre 26% et 31% des voix en Italie selon les sondages à la sortie des urnes ce 26 mai, le parti du ministre de l’Intérieur italien va devenir l’un des plus puissants de l’hémicycle, et être, en terme de députés, le principal opposant à la CDU allemande sur la scène européenne. En nouant une alliance avec la Ligue et dix autres partis, dont l’AfD allemande (10,5%) et le FPO autrichien, le RN a posé des bases solides à «l’alternance» à l’Union européenne qu’il souhaite mettre en place, pour pousser le bloc vers les positions souverainistes et identitaires qu’il défend.

Le positionnement très libéral de la droite classique en France ne lui a pas porté chance dans les urnes.

Les eurosceptiques en ordre dispersé

Si le message envoyé à Bruxelles par les électeurs italiens et français – exprimant la voix de deux des membres fondateurs et deux des principales économies de l’UE – est sans équivoque, le rapport de force ne s’en trouve pour autant pas encore renversé.

Certes, pour la première fois depuis 20 ans, les deux principaux groupes, à savoir le Parti populaire européen (PPE) et l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D) ne disposeront pas de la majorité à eux deux. Mais le grand gagnant de cet état de fait serait, selon toute vraisemblance, l’Alliance des libéraux et démocrates (ALDE), le groupe politique européen que LREM rejoindrait. Et sur lequel le PPE et le S&D devront s’appuyer dans la constitution de leurs propositions législatives.

Je n’ai rien à voir avec Marine Le Pen

Surtout, les eurosceptiques restent à l’heure actuelle en ordre dispersé sur le Vieux Continent. L’écrasante victoire du parti de Viktor Orbán en Hongrie, le Fidesz (52%), et les très bons résultats du parti conservateur et eurosceptique polonais Droit et justice (PiS), arrivé en tête avec 42%, ne devraient ainsi pas profiter à l’alliance RN-Ligue. «Je n’ai rien à voir avec Marine Le Pen», avait rappelé le Premier ministre hongrois avant les élections, déclinant également l’invitation de Matteo Salvini au grand raout des eurosceptiques à Milan, mi-mai. Le dirigeant hongrois ne souhaite pas rompre avec les conservateurs du PPE, malgré la suspension du Fidesz. Quant aux Polonais du PiS, ils préfèrent poursuivre leur route dans un groupe concurrent au sein du Parlement, les Conservateurs et réformistes européens (CRE).

Autre écueil, Marine Le Pen et Matteo Salvini ne profiteront pas non plus du probable succès du Brexit Party en Grande Bretagne (31,5% selon les premières estimations publiées par la BBC). Les nombreux élus portés au Parlement par la formation dirigée par Nigel Farage ne devraient y rester que quelques semaines. Le temps de mener le Royaume-Uni hors de l’Union européenne.

Le succès des eurosceptiques au Royaume-Uni cache une autre réalité, les adversaires du brexit sont plus nombreux.

Comment peser sur les décisions de l’UE ?

Dès lors, l’enjeu pour la présidente du RN et le dirigeant de la Ligue va être de créer les conditions d’une coopération entre eurosceptiques de tous bords pour disposer d’une réelle influence sur les législations du Parlement. Pour y parvenir, Matteo Salvini pourra s’inspirer de la coalition qu’il a réussi à mettre en place en Italie avec le Mouvement 5 étoiles (M5S), dont les élus européens siégeaient jusqu’à présent au sein d’un groupe concurrent, Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD). D’autant que le M5S a également réalisé une performance notable ce 26 mai, avec entre 18,5 et 23%, toujours selon des estimations de l’agence Reuters ce 26 mai.

Il n’est en outre pas impossible d’imaginer que l’alliance RN-Ligue n’exclue pas de se rapprocher des conservateurs du PPE, au cas par cas, lors des négociations sur certaines propositions législatives. Le changement de position drastique du RN sur des dossiers clés tels que la sortie de l’UE et l’abandon de l’euro – qui ne sont plus à son programme – et son recentrage à droite sur la scène nationale, laissent entrevoir la possibilité d’un rapprochement entre conservateurs et nationalistes sur certaines questions, sur le modèle de ce qu’a réussi l’Autriche depuis le début des années 2000. La voie à suivre pour avoir du poids dans les décisions de l’Union européenne ?

La Pologne est divisée en deux. Les patriotes à l’Est et les libéraux à l’Ouest.

Retrouvez l’article de RT sur le site en cliquant ici.
Photos DR et Twitter.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu