fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Fiorina, une jeune femme de vingt ans perd un oeil dans une charge de CRS. TV Libertés lui donne la parole.

Son visage blessé a ému de très nombreux Français. Le 8 décembre, Fiorina, jeune patriote de 20 ans qui participait pacifiquement à la manifestation des Gilets Jaunes a reçu un projectile provenant des forces de l’ordre et a perdu un œil. Accompagnée de son compagnon Maxime, Fiorina s’exprime pour la première fois. L’étudiante a choisi TV Libertés pour livrer son témoignage.

L’association Solidarité pour tous avait pris la défense de la jeune femme après sa blessure. Voici son message :

Fiorina est étudiante en philosophie à l’université d’Amiens. Elle a décidé de participer au mouvement des Gilets jaunes. C’est la signature du Pacte de Marrakech sur les migrations qui a convaincu la jeune fille.


Le pacte de Marrakech entérine la volonté des Etats de privilégier les clandestins sur les personnes régulières, en s’accordant sur des règles spécifiques pour les accueillir et faciliter l’invasion de notre territoire. Comme si cela était nécessaire !


Samedi 8 décembre, Fiorina et ses amis se trouvaient au milieu des manifestants, à Paris, en haut de l’avenue des Champs-Elysées, au niveau de l’ambassade du Qatar. Nos compatriotes manifestaient de manière tout à fait pacifique, sans heurts. Autour d’eux, des gilets jaunes parfaitement dans le cadre de la loi et de la morale, réunis dans une bonne ambiance provinciale.

Les sorties des deux rues dans lesquelles s’étaient réunies toutes ces personnes ont été bloquées. L’ensemble des manifestants, dont Fiorina, son fiancé Jacob et leurs amis ne pouvaient donc pas quitter l’endroit où ils se trouvaient.

Subitement, les CRS aux ordres de Castaner ont chargé la foule. Aucune violence ne s’était pourtant fait jour. La police a foncé sur les Gilets jaunes, ignorant les casseurs qui s’attaquaient, plus loin, au drugstore Publicis. Sans doute avec des ordres : la répression politique avant la mise hors d’état de nuire des voyous.

La charge des CRS a été très violente. De nombreuses grenades lacrymogènes ont été lancées, dont les débris ont volé après l’éclatement.

La pauvre Fiorina se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment : elle s’est effondrée, gravement touchée au visage. Une mare de sang a commencé à se répandre autour d’elle.

Comme moi, vous êtes sans doute ému, choqué de voir les images de Fiorina gisant au sol, le visage en sang. Elles sont le fait de militants qui ont tourné ces vidéos amateurs et les ont publiées sur les réseaux sociaux. En revanche, la majorité des chaînes de télévision ont été plus que discrètes, ce qui démontre encore une fois qu’elles sont aux ordres du gouvernement.

Venus en aide, Jacob et d’autres manifestants ont compris que la jeune fille avait été très sérieusement touchée.

Inconsciente, elle a été emmenée rapidement à l’hôpital.

Les inquiétudes que ses amis manifestaient au sujet de Fiorina étaient fondées : 
la jeune fille accuse de nombreuses fractures au nez et au visage. Son œil gauche, surtout, est dans un piteux état.
Fiorina va souffrir le martyre plusieurs jours durant. La douleur est insupportable malgré la morphine qui lui est injectée régulièrement.

Au bout de quelques jours, le verdict tombe, implacable : l’œil de Fiorina doit lui être retiré, pour être remplacé par une prothèse. A seulement vingt ans, la jeune fille a perdu cet organe essentiel.

Les multiples déformations que Fiorina a reçues au niveau de son visage nécessiteront également une reconstruction faciale importante. Les ennuis ne font que commencer pour elle : elle devra subir de nombreuses opérations et être suivie régulièrement par des médecins.

Si les opérations de première nécessité sont prises en charge par la Sécurité 
sociale, il n’en est pas de même pour les nombreux actes de reconstruction faciale. La plupart d’entre eux sont totalement à la charge de Fiorina et de ses proches.

 
 
 

La jeune fille ne souhaite pas laisser cet acte impuni : elle veut porter plainte contre l’Etat pour que toute la lumière soit faite dans cette affaire. Les CRS ont chargé alors que la foule de manifestants était totalement pacifique, et ne faisait preuve d’aucune forme de violence, contrairement aux nervis d’extrême-gauche et aux voyous.

Nous devons réparer cette injustice ! Je vous demande, à travers cette lettre, d’aider Fiorina à payer ses frais de justice, ainsi que ses opérations. Vous êtes seuls à pouvoir aider cette jeune fille !

Fiorina s’est battue pour nous, pour notre pays, pour notre identité. Nous ne pouvons pas la laisser seule, elle et sa famille, assumer toutes les charges inhérentes à ses frais de santé et à de longs procès.

Les parents de Fiorina vivent avec des revenus modestes. Comment pourraient-ils assumer tous les frais liés à la procédure et aux opérations chirurgicales ? Sans nous, cette jeune fille et ses proches sont livrés à eux-mêmes.

Vous pouvez contribuer à la campagne de Solidarité pour tous en les contactant par FaceBook ou leur envoyant un courrier electronique : contact@solidarite-pour-tous.fr ou enfin en envoyant un chèque à l’ordre de Solidarité pour tous à l’adresse :
Solidarité pour tous
Mail service
BP 80226
35602 Redon

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu