Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Napoléon perd ses boulons !

    Voilà plusieurs mois qu’un débat houleux anime la place publique de Rouen. En effet, l’édile socialiste de la ville a escamoté la statue de Napoléon installée il y a 155 ans  pour la faire restaurer et souhaite profiter de l’absence de l’empereur pour « initier un large débat public autour de la question de la place des femmes et de la représentation féminine dans l’espace public. » Bien sûr, la première figure féminine qu’a suggéré le maire est Gisèle Halimi, cela semble évident, il n’y avait aucune autre femme liée à l’histoire de la ville…

Si la question de la place des femmes dans la place publique est importante il y a peut-être d’autres actions plus urgentes à prendre concernant la protection des femmes face aux violences conjugales et au harcèlement de rue etc.

La question de la statue de Napoléon est un prétexte utilisé par l’idéologie woke et continue d’être alimentée par les mensonges des médias mainstream comme le démontre l’Observatoire du Journalisme :

« Déplacement de la statue de Napoléon à Rouen », mensonge en direct sur LCI

Le mensonge peut prendre plusieurs modes dans les médias de grand chemin. L’omission, l’importance apportée au sujet, son mode de transmission ou le travestissement pur et simple de la vérité comme un article de LCI de Felicia Sideris publié le 1er novembre 2021 sur une nouvelle illustration de « wokisme/néo-féminisme municipal » à Rouen. Felicia Sideris fait partie de l’équipe des « Vérificateurs » (sic), commune à TF1 et LCI.

Éric Ciotti et Napoléon

Le député LR Eric Ciotti (candidat à l’investiture de son parti) s’était ému du « retrait » de la statue de Napoléon effectué par l’équipe du maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol et avait alors proposé de l’accueillir dans son département des Alpes Maritimes. Felicis Sideris, s’est fendue d’un papier défendant le maire de Rouen et reprenant ses éléments de langage sous le titre « La mairie de Rouen a‑t-elle retiré une statue de Napoléon, comme l’affirme Eric Ciotti ? ». Et concluant de manière péremptoire dans l’introduction de son article :
 
« Contrairement à ce qu’assure Éric Ciotti, la statue de Napoléon n’a pas été retirée par la municipalité de gauche. Actuellement en restauration, elle est par contre au cœur d’une consultation citoyenne pour décider de son emplacement ».

Comment mentir et habiller son mensonge

L’affirmation « la statue n’a pas été retirée » est une falsification du réel en connaissance de cause. La statue ne se trouve plus à son emplacement à Rouen, elle a donc bien été retirée. L’article débutant par un mensonge reprend ensuite les explications alambiquées de la mairie de Rouen sur « la place des femmes dans la société » et une « consultation citoyenne » sur le possible futur emplacement de la statue. Consultation dont on voit bien la conclusion, Napoléon sera relégué dans un endroit moins exposé et remplacé par une œuvre évoquant plus le wokisme ou le néo-féminisme décolonial que l’histoire de France. Le communiqué de la mairie laisse d’ailleurs planer le doute, la statue « pourrait être placée ailleurs à Rouen ».

Rectification d’un rouennais

Un internaute, Paul Astolfi, a dénoncé sur LinkedIn la manipulation de la journaliste. Nous ne voyons rien à ajouter à ce qu’il écrit :
 
NON, la statue équestre de Napoléon n’a pas été enlevée “simplement” de son socle. La sémantique de Madame Félicia Sideris se joue de la vérité, des intentions et des déclarations réelles du Nouveau Maire de Rouen. Cet article n’est aucunement une vérification journalistique des propos de M. Ciotti, ce qu’il veut laisser croire, c’est “simplement” un rewriting de la communication spécieuse et manipulatrice du Nouveau Maire de Rouen. LCI entre ainsi dans la falsification des faits et participe ainsi de fait au dévoiement de la profession de journaliste et entame la notoriété de l’information de LCI. Ces procédés condamnables abaissent la crédibilité accordée par les lecteurs ou les téléspectateurs à un journalisme frelaté qui s’efface derrière une manipulation opposée à la vérité.

PS : Le Huffington Post a repris les éléments de langage de la mairie de Rouen et des pseudo Vérificateurs de LCI, dans la pure tradition du journalisme de connivence… et de copie.

PPS : Nous Publions le facsimile d’un article de Répliques normandes de septembre 2020 sur le sujet, qui approfondit son environnement politique, vous le trouverez ici.

Retrouver cet article sur le site de l’Observatoire du Journalisme en cliquant ici.

Image de Frédéric Bisson via Flickr.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !