fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Le président Trump ne mâche pas ses mots et ne trempe pas sa plume dans de l’eau de rose. Avec une rare férocité il démolit la procédure d’empêchement lancée contre lui par les démocrates dans le vain espoir de lui faire perdre les élections présidentielles de 2020.

Moins de 24 heures avant le vote à la Chambre des représentants sur l’acte d’accusation, le président Trump a adressé une lettre  contondante à Nancy Pelosi, présidente de la chambre basse. En quelques pages, le président condense ses critiques contre une procédure qu’il juge un danger pour la démocratie américaine. Voici le texte de cette lettre dans une traduction rapide.

La première et la dernière page de la lettre du président Trump à Nancy Pelosi, président démocrate de la chambre des représentants.

L’honorable Nancy Pelosi
Présidente de la Chambre des représentants
Washington, DC. 20515

Madame la Présidente, je vous écris pour exprimer ma protestation la plus ferme et la plus puissante contre la croisade partisane pour me destituer menée par les démocrates à la Chambre des représentants. Cette mise en accusation est un abus de pouvoir sans précédent et inconstitutionnel de la part des législateurs démocrates, sans égal après de deux siècles et demi d’histoire législative américaine.

Les articles de mise en accusation introduits par le comité judiciaire de la Chambre ne sont reconnaissables sous aucune norme de théorie constitutionnelle, d’interprétation ou de jurisprudence. Ils n’incluent aucun crime, aucun délit et aucune infraction. Vous avez dévalorisé l’importance du mot très laid, l’empêchement!

En mettant en marche cette procédure d’empêchement totalement infondée, vous violez votre serments d’élue, vous rompez votre allégeance à la Constitution et vous déclarez une guerre ouverte à la démocratie américaine.

En mettant en marche cette procédure d’empêchement totalement infondée, vous violez votre serments d’élue, vous rompez votre allégeance à la Constitution et vous déclarez une guerre ouverte à la démocratie américaine. Vous osez invoquer les Pères fondateurs dans la poursuite de ce plan qui ne vise qu’à revenir en arrière sur les résultats des élections de 2016, mais vos actions malveillantes affichent un mépris absolu pour ce qui fait les fondations de l’Amérique et votre conduite menace de détruire ce que nos fondateurs se sont engagés à construire. Encore pire que d’offenser les pères fondateurs, vous offensez les croyants américains en prétendant continuellement prier pour le président, quand vous savez que cette déclaration n’est pas vraie, à moins qu’elle ne n’it qu’un sens négatif. C’est une chose terrible que vous faites, mais vous devrez vivre avec elle, pas moi!

Votre première affirmation, Abus de pouvoir, est une invention complètement fallacieuse, sans mérite et sans fondement. Vous savez que j’ai eu une conversation totalement correcte avec le président de l’Ukraine. J’ai ensuite eu une deuxième conversation qui a été mal citée, déformée et faussement dénaturée. Heureusement, il y avait une transcription de la conversation, et vous savez d’après cette transcription (qui a été immédiatement mise à disposition) que le paragraphe en question était parfait. J’ai dit au président Zelensky: j’aimerais que vous nous rendiez service, car notre pays a traversé beaucoup de choses et l’Ukraine en sait beaucoup. J’ai dit de nous rendre service, pas moi, et notre pays, pas une campagne. J’ai ensuite mentionné le procureur général des États-Unis. Chaque fois que je parle avec un dirigeant étranger, je mets les intérêts de l’Amérique au premier plan, tout comme je l’ai fait avec le président Zelensky.

J’ai dit au président Zelensky: j’aimerais que vous nous rendiez service, car notre pays a traversé beaucoup de choses et l’Ukraine en sait beaucoup. J’ai dit de nous rendre service, pas moi, mais notre pays.

Vous transformez un désaccord politique entre deux branches du gouvernement en une grave infraction passible d’une destitution, ce n’est pas plus justifié que si j’accusais les membres du Congrès de crimes pour l’exercice légitime du pouvoir législatif.

Vous savez très bien que le vice-président Biden a utilisé ses fonctions et un milliard de dollars pour aider de l’argent pour contraindre l’Ukraine à licencier le procureur qui enquêtait sur l’entreprise qui lui versait des millions de dollars. Vous le savez parce que Biden s’en est vanté devant les caméras. Biden a déclaré ouvertement: « je pars dans six heures. Si le procureur n’est pas limogé, vous n’obtenez pas d’argent. Eh bien, fils de pute. Il s’est fait virer. » Même Joe Biden a admis il y a quelques jours dans un entretien accordé à la NPR que cette déclaration sentait mauvais. Maintenant, vous essayez de me mettre en accusation en m’accusant à tort de faire ce que Joe Biden a admis avoir fait.

Les démocrates de la Chambre des représentants présidés par Nancy Pelosi tentent de mettre en accusation le président des États-Unis pour avoir revendiqué des droits fondés sur la Constitution qui ont été exercés les administrations des deux partis politiques tout au long de l’histoire de notre nation.

Le président Zelensky a déclaré à plusieurs reprises que je n’avais rien fait de mal. Il a en outre souligné que c’était un bon appel téléphonique, qui ne ressentait pas de pression. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a déclaré très clairement qu’il n’a jamais vu de lien direct entre les enquêtes et l’aide à la sécurité. Il a également déclaré qu’il n’avait perçu aucune pression. Le sénateur Ron Johnson du Wisconsin, un soutien de l’Ukraine qui a rencontré en privé le président Zelensky, a déclaré: à aucun moment au cours de cette réunion. . .. Zelensky ou tout Ukrainien a mentionné qu’ils ressentaient des pressions pour faire quoi que ce soit en échange de l’aide militaire. De nombreuses réunions ont eu lieu entre les représentants de l’Ukraine et de notre pays. L’Ukraine ne s’est jamais plainte une seule fois d’une pression exercée! L’ambassadeur Sondland a déclaré que je lui avais dit: « pas de contrepartie. Je ne veux rien. Je ne veux rien. Je veux que le président Zelensky fasse ce qu’il doit faire, qu’il respecte le programme  surlquel il a été élu.

La deuxième allégation, appelée Obstruction au Congrès, est absurde et dangereuse. Les démocrates de la Chambre tentent de mettre en accusation le président des États-Unis dûment élu pour avoir revendiqué des privilèges fondés sur la Constitution qui ont été exercés les administrations des deux partis politiques tout au long de l’histoire de notre nation. Selon cette norme, chaque président américain aurait été mis en accusation plusieurs fois. Comme l’a mis en garde le professeur de droit de gauche Jonathan Turley en s’adressant aux démocrates du Congrès: « je ne saurais trop insister sur ce point. . .si vous mettez en accusation un président, si vous comme un crime grave et un délit le simple fait de recourir aux tribunaux, c’est un abus de pouvoir. C’est votre abus de pouvoir. Vous faites précisément ce que vous reprochez au président de faire. »

Le président Trump reçoit à la Maison-Blanche Conan, le chien tueur d’islamistes.

Tout le monde, vous y compris, sait ce qui se passe réellement. Votre candidat a perdu l’élection en 2016, par une écrasante défaite au Collège électoral (306-227), et vous et votre parti ne vous êtes jamais remis de cette déroute. Vous avez développé un cas spectaculaire de ce que beaucoup de médias appellent Trump Derangement et malheureusement, vous ne vous en sortirez jamais! Vous êtes incapable d’accepter le verdict rendu par les urnes lors de la grande élection de 2016. Vous avez donc passé trois années consécutives à tenter de renverser la volonté du peuple américain et d’annuler son vote. Vous considérez la démocratie comme votre ennemie!

Madame la présidente de la Chambre des représentants, vous avez admis la semaine dernière lors d’un forum public que l’effort de destitution engagé par votre parti durait depuis deux ans et demi, bien avant d’avoir entendu parler d’un appel téléphonique avec l’Ukraine. Dix-neuf minutes après avoir prêté serment, le Washington Post a publié un article intitulé « The Campaign to Impeach President Trump Has Begun». Moins de trois mois après mon investiture, la Représentante Maxime Waters a déclaré: «Je vais réfléchir chaque jour jusqu’à sa destitution. Les démocrates de la Chambre ont présenté la première résolution de destitution contre moi dans les mois suivant mon investiture, pour ce qui sera considéré comme l’une des meilleures décisions de notre pays, le limogeage de James Comey (voir les rapports de l’Inspecteur général du ministère de la Justice) dont le monde sait maintenant qu’il est l’un des flics les plus sales que notre pays n’a jamais eu. Une membre du Congrès exaltée et délirante, Rashida Tlaib, a déclaré quelques heures seulement après avoir prêté serment « nous allons y aller et nous allons le destituer » le représentant Al Green a déclaré en mai « je crains que si nous ne mettons pas en accusation ce président, il sera réélu ». Encore une fois, vous et vos alliés avez dit et avez fait toutes ces choses bien avant d’avoir entendu parler du président Zelensky ou de tout ce qui concernait l’Ukraine. Comme vous le savez très bien, cette campagne de destitution n’a rien à voir avec l’Ukraine, ni la conversation tout à fait appropriée que j’ai eue avec son nouveau président. Cela ne concerne que votre tentative d’annuler l’élection de 2016 et de voler l’élection de 2020!

La seule chose qui intéresse les démocrates est de faire plaisir aux minorités les plus radicalisées qui jouent un rôle déterminant dans les primaires pour la sélection des candidats au Congrès.

Le représentant Adam Schiff a triché et a menti du premier jour à aujourd’hui, allant même jusqu’à inventer, à partir de rien, sa version de ma conversation avec le président Zelensky d’Ukraine et lire ce canular au Congrès comme s’il était le reflet de ma véritable conversation. Ses mensonges éhontés et ses tromperies, remontant jusqu’à la prétendue collusion avec les Russes, sont l’une des principales raisons pour lesquelles nous sommes ici aujourd’hui.

Vous et votre parti êtes désespérés de détourner l’attention de la spectaculaire croissance de l’économie américaine, du boom incroyable de l’emploi, du marché boursier record, de la confiance en flèche consommateurs et des citoyens qui connaissent une embellie économique extraordinaire.

Votre parti ne peut tout simplement pas rivaliser avec nos succès: 7 millions de nouveaux emplois; le taux de chômage le plus bas jamais enregistré pour les Afro-Américains, les Hispano-Américains et les Américains d’origine asiatique; une armée refourbie; un service des anciens combattants remis sur pied; plus de 170 nouveaux juges fédéraux et deux juges de la Cour suprême; les réductions historiques de impôts et de réglementations; la première baisse des prix des médicaments sur ordonnance en un demi-siècle; la première nouvelle arme de notre défense depuis 1947, la Force spatiale; une forte protection du deuxième amendement protégeant le droit de posséder des armes; réforme de la justice pénale; un califat de Daech vaincu et l’exécution du leader terroriste numéro un mondial, al-Baghdadi; le remplacement de l’accord commercial désastreux de l’ALENA par le merveilleux USMCA (Mexique et Canada); un accord commercial de première étape avec la Chine; de nouveaux accords commerciaux avec le Japon et la Corée du Sud; retrait du terrible accord nucléaire iranien; l’annulation de l’accord de Paris sur le climat, injuste et coûteux; devenir le premier producteur mondial d’énergie; la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël, l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem et la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan; une réduction colossale des immigrants illégaux et ce n’est qu’un début, il y a tellement plus. 

Vous ne pouvez pas défendre vos politiques extrêmes: ouverture des frontières, migration de masse, criminalité élevée, impôts paralysants, soins de santé socialisés, destruction de l’énergie américaine, avortement financé par les contribuables à la fin du terme, élimination du deuxième amendement, théories radicales d’extrême gauche, et obstruction constante du bon sens et du bien commun. Il n’y a rien que je préfère faire que d’arrêter de parler de votre parti comme des démocrates qui ne font rien . Malheureusement, je ne sais pas si vous me donnerez jamais l’occasion de le faire.

J’aimerais tant m’arrêter de parler de vous les démocrates, le parti de ceux qui ne font rien fait pour leur pays. Malheureusement, je ne sais pas si vous me donnerez jamais l’occasion de le faire.

Après trois ans d’enquêtes injustes et injustifiées, 45 millions de dollars dépensés, 18 procureurs démocrates en colère, le FBI dirigé par des fonctionnaires qui se sont révélés totalement incompétents et corrompus, vous avez découvert que peu de personnes  auraient pu endurer ce que vous m’avez fait subir. Vous ne savez pas, et vous ne vous souciez pas, des blessures que vous avez infligés aux membres de ma famille. Vous avez mené une prétendue enquête sur le président démocratiquement élu des États-Unis, et vous recommencez à nouveau.

Il n’y a pas beaucoup de gens qui auraient pu subir ce que vous m’avez infligé au cours de cette période, alors que j’ai tant fait pour le succès de l’Amérique et de ses citoyens. Mais au lieu de donner la priorité à notre pays, vous avez décidé de le déshonorer davantage. Vous avez complètement échoué avec le rapport Mueller sur une prétendue collusion avec la Russie parce qu’il n’y avait rien à trouver, alors vous avez décidé de prendre le prochain canular, l’appel téléphonique avec l’Ukraine, même si c’était un appel irréprochable. Et au fait, quand je parle avec des étrangers, il y a beaucoup de gens qui écoutent l’appel des deux côtés de la conversation.

Avec la complicité des médias, vous êtes ceux qui interfèrent dans les élections américaines. Vous êtes ceux qui, en vrai,  renversent la démocratie américaine.

Vous êtes ceux qui interfèrent dans les élections américaines. Vous êtes ceux qui renversent la démocratie américaine. Vous êtes ceux qui entravent la justice. Vous êtes ceux qui apportent douleur et souffrance à notre République pour votre propre intérêt égoïste personnel, politique et partisan.

Avant la prétendue enquête pour mon empêchement, c’était la chasse aux sorcières. Contre toute évidence, et quelle que soit la vérité, vous et vos élus avez affirmé que j’avais comploté avec les Russes pour gagner les élections en 2016. C’est un mensonge grave, malveillant et calomnieux, un mensonge pas comme les autres. Vous avez forcé notre nation à avaler une histoire entièrement fabriquée, achetée illégalement à un espion étranger par Hillary Clinton et le DNC afin d’attaquer notre démocratie. Pourtant, lorsque le mensonge monstrueux a été démystifié et que cette conspiration démocrate s’est dissoute en poussière, vous ne vous êtes pas excusés. Vous ne vous êtes pas pardonné. Vous n’avez montré aucun remords, aucune capacité de rédemption. Au lieu de cela, vous avez poursuivi votre croisade diffamatoire et vicieuse, vous avez conçu une tentative de piéger et de diffamer une personne innocente. Tout cela était motivé par un calcul politique personnel. Votre présidence et votre parti sont pris en otage par vos représentants les plus radicaux d’extrême gauche. Chacun de vos membres vit dans la peur d’un adversaire socialiste aux primaires, c’est ce qui motive la destitution. Regardez le challenger démocrate du représentant Nadler. Regardez-vous et regardez les autres. Ne coulez pas notre pays avec votre parti.

Tout membre du Congrès qui vote en faveur de la destitution  montre à quel point il insulte les électeurs et comment il déteste l’ordre constitutionnel américain tel qu’il a été voulu par  nos pères fondateurs.

Si vous vous souciez vraiment de la liberté et de la liberté pour notre nation, alors vous consacreriez vos vastes ressources d’enquête à exposer toute la vérité concernant les horribles abus de pouvoir avant, durant et après les élections de 2016, y compris l’utilisation d’espions contre ma campagne, la présentation de fausses preuves à un tribunal du contre-espionnage (FISA) et la dissimulation de preuves à décharge afin de mettre en accusation un innocent. Le FBI a des gens formidables et honorables, mais la direction était incompétente et corrompue. Je pense que vous seriez personnellement consternée par ces révélations, car lors de votre conférence de presse le jour où vous avez annoncé ma mise en accusation, vous avez lié l’effort de mise en accusation directement à la prétendue intervention russe, aujourd’hui complètement discréditée. J’ai été beaucoup plus sévère envers la Russie que le président Obama ne l’avait jamais pensé.

Tout membre du Congrès qui vote en faveur de la destitution contre toute évidence, de fait, de preuve et de principe juridique montre à quel point il insulte les électeurs et comment il déteste vraiment l’ordre constitutionnel américain. Nos fondateurs craignaient la tribalisation de la politique partisane, et vous donnez vie à leurs pires craintes.

Une fois que le contenu de l’appel téléphonique avec le président ukrainien a été rendu public, votre complot a implosé, mais cela ne vous a pas empêché de continuer. Une procédure plus équitable a été accordée au XVIIe siècle aux femmes accusées aux procès des sorcières de Salem

Pire encore, j’ai été privé d’une procédure régulière depuis le début de cette prétendue mise en accusation. On m’a refusé les droits les plus fondamentaux accordés par la Constitution, y compris le droit de présenter des preuves, d’avoir mon propre avocat, de confronter les accusateurs, et d’appeler et de contre-interroger des témoins, comme le dénonciateur qui est à l’origine de ce canular avec un prétendu rapport de l’appel téléphonique avec le président ukrainien qui n’a aucun rapport avec le vrai appel téléphonique qui a été passé. Une fois que j’ai présenté le texte de l’appel, ce qui a surpris et choqué les fraudeurs (ils n’ont jamais pensé que de telles preuves seraient présentées), le soi-disant dénonciateur et le deuxième dénonciateur ont disparu parce qu’ils se sont fait prendre la main dans le sac, leur rapport était un faux et ils n’allaient plus être mis à notre disposition. En d’autres termes, une fois que l’appel téléphonique a été rendu public, tout votre complot a implosé, mais cela ne vous a pas empêché de continuer. Une procédure plus équitable a été accordée au XVIIe siècle aux femmes accusées aux procès des sorcières de Salem.

Vous et d’autres membres de vos comités dites depuis longtemps que la destitution doit être impartiale et soutenue par des membres des deux partis, ce n’est pas le cas. Vous avez dit que c’était très source de division, certainement, bien plus que vous ne l’auriez jamais cru possible et que cela ne fera qu’empirer!

Dans cent ans, lorsque les gens repenseront à cette affaire, je veux qu’ils la comprennent et qu’ils en tirent des leçons, afin qu’elle ne puisse plus jamais arriver à un autre président.

Ce n’est rien de plus qu’une tentative de coup d’État illégal qui échouera le moment venu, dans les urnes. Vous n’êtes pas seulement après moi, en tant que président, vous êtes après tout le Parti républicain. Mais à cause de cette injustice colossale, notre parti est plus uni que jamais. L’histoire vous jugera au fur et à mesure de votre mise en accusation. Votre héritage sera celui de transformer la Chambre des représentants d’un organe législatif vénéré en une Chambre d’accusation partisane.

Le plus insultant est peut-être votre fausse démonstration de solennité. Vous avez apparemment si peu de respect pour le peuple américain que vous vous attendez à ce qu’il croie que vous abordez cette mise en accusation de façon sérieuse et réservée. Aucune personne intelligente ne croit ce que vous dites. Depuis le moment où j’ai remporté l’élection, le Parti démocrate n’a qu’une idée, me destituer. Il n’y a plus aucun frein. Ce n’est pas une sombre affaire. Vous vous moquez de la procédure d’empêchement et vous cachez à peine votre haine de moi, du Parti républicain et de dizaines de millions d’Américains qui ont voté pour moi. Les électeurs sont sages et voient directement ce jeu creux et dangereux auquel vous jouez.

Présidente Pelosi, vous vous moquez de la procédure d’empêchement et vous cachez à peine votre haine de moi, du Parti républicain et de dizaines de millions d’Américains qui ont voté pour moi. Vous ne l’emporterez pas au paradis.

Je suis convaincu que le peuple américain vous tiendra, vous et les démocrates, pleinement responsables des prochaines élections de 2020. Ils ne pardonneront pas de sitôt votre perversion de la justice et votre abus de pouvoir.

Il reste beaucoup à faire pour améliorer la vie de nos concitoyens. Il est temps pour vous et les démocrates du Congrès de cesser immédiatement ce fantasme de destitution et de reprendre le travail pour le bien du peuple américain. Bien que je ne m’attende pas à ce que vous le fassiez, je vous écris cette lettre pour que les historiens en prennent acte et pour que mes pensées sur un dossier permanent et indélébile soient conservées. Dans cent ans, lorsque les gens repenseront à cette affaire, je veux qu’ils la comprennent et qu’ils en tirent des leçons, afin qu’elle ne puisse plus jamais arriver à un autre président.

Donald J. Trump, président des États-Unis d’Amérique

Photos DR et CC via Flickr de Gage Skidmore, The White House, Quinn Dombrowski, Steve Rhode et Victoria Pickering.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu