fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

L’horrible tragédie d’El Paso est instrumentalisée par la gauche pour attaquer le président Trump. Il suffit de comparer le traitement de cette attaque avec celle de Dayton qui eut lieu quelques heures plus tard pour mettre en lumière l’hypocrisie des médias au service d’une idéologie mortifère.

Les titres de ce post vous ne les avez vus nulle part.  Bien au contraire, à en croire les journalistes, le seul vrai responsable de la amssacre d’El Paso serait le président Trump et sa rhétorique « haineuse ».  La survenue à Dayton quelques heures après d’une autre attaque, cette fois commise par un homme se réclamant de la gauche, met en lumière la malhonnêteté scandaleuse de la gauche et de ses valets médiatiques.

Pour le Monde, les tueries aux Etats-Unis n’ont qu’un seul responsable : le président Trump.

Les médias instrumentalisent ad nauseam la tragédie d’El Paso où un jeune marginal a tué vingt personnes, pour tenter d’impliquer le président Trump dans ce crime abominable.

Pourtant, le tireur dans ses écrits a pris bien soin de  prendre ses distances avec le président, insistant sur le fait que sa prise de conscience politique est antérieure à l’élection de Trump en 2016.

La tireur d’El Paso a explicitement démenti toute relation avec le président Trump.

La grande presse tout en consacrant des colonnes entières à la tuerie d’El Paso, s’intéresse à peine à celle qui a eu lieu quelques heures plus à Dayton où, selon les médias, un jeune homme blanc a tué six noirs.

Le tueur antifa Connor Betts avec sa soeur.

La raison du silence des médias sur la personnalité de Connor Betts est qu’elle ne colle pas du tout au récit que la presse cherche à imposer : c’est la rhétorique « raciste » du président Trump qui incite les « suprémacistes blancs » à commettre des massacres.

Le tueur antifa ne cachait pas ses opinions satanistes et d’extrême-gauche.

Alors, que Connor Betts se déclare de gauche et antifa, les journalistes préfèrent apsser cette réalité sous silence. Il devient un jeune « Blanc » qui a tué « six noirs ».

Le tueur gauchiste Connor Betts a tué sa propre soeur (à gauche).

Par pur racisme, les médias insistent sur les victimes noires de Connor Betts en oubliant de mentionner qu’il a également tué des Blancs.

Le tueur Connor Betts se disait « de gauche » et il réclamait l’instauration aux Etats-Unis du « socialisme » et exigeait une stricte limitation au droit de posséder des armes.

Sur les réseaux sociaux, il ne cessait de relayer des messages de gauche, de soutien à des politiques de gauche et hostiles au président Trump.

Certaines de ses publications attaquaient les forces de police, encourageaient les manifestants antifa pourtant connus pour leurs acte de violence et encourageaient les attaques contre les centres de rétention des clandestins et irréguliers.

Le tireur Connor Betts ne cachait pas son soutien aux personnalités politiques les plus à gauche comme le sénateur Bernie Sanders ou Elizabeth Warren.

Le tueur Connor Betts ne soutenait pas la candidate démocrate Kamala Harris uniquement parce qu’elle avait été procureur.

Le tueur gauchiste Connor Betts venait d’une famille très engagée à gauche qui affichait son hostilité à la droite et son soutien aux politiques de restriction des armes à feu.

Les parents du tueur Connor Betts avaient mis leur fils sur la bonne voie de l’activisme violent anti conservateur.

Le FBI a enquêté sur les motivations de Connor Betts, mais s’est limité à déclarer que le tueur avait exploré des « idéologies violentes », mais sans dire desquelles il s’agissait, sans doute pour occulter que ses idées étaient d’extrême-gauche.

 

Connor Betts ne cachait pas son attrait pour le satanisme.

Le triste doublet d’El Paso et de Dayton mettent en lumière les méthodes condamnables de la presse au service d’une idéologie mortifère. Que cela nous serve de leçon et nous encourage à dénoncer ses pratiques liberticides.

L’obsession de Connor Betts était de lutter contre la droite politique américaine.

Illustrations DR via FaceBook et Twitter.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu