fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

L’extrême gauche violente est un danger pour la République. Mais agissant comme des supplétifs du pouvoir macronien, elle bénéficie d’une étonnante mansuétude de la part du pouvoir. Une récente interpellation par la Gendarmerie pourrait signifier que la récréation est finie pour les antifas.

Les journalistes de l’Essor rapportent une bonne nouvelle : trois militants violents d’extrême gauche repérés en Bourgogne ont été interpelés à Bordeaux. Un article à retrouve en entier sur le site de l’Essor.

Des enquêteurs de la section de recherches de Dijon les pistaient depuis plusieurs mois. Les gendarmes, qui agissaient dans le cadre d’une commission rogatoire nationale, les soupçonnent de violences urbaines en Bourgogne lors de manifestations de Gilets jaunes en 2019.

Lors de leur arrestation samedi à Bordeaux, ils s’apprêtaient à commettre de nouvelles actions violentes pendant une manifestation des Gilets jaunes. Selon Le Parisien, qui révèle l’affaire, les enquêteurs ont saisi des cocktails Molotov. Bilan de la manifestation de samedi: 29 personnes interpellées, du mobilier urbain et des vitrines brisés, neuf membres des forces de l’ordre blessés.

Un juge de Nevers a mis lundi ces trois hommes en examen, les plaçant sous contrôle judiciaire. Pour les enquêteurs, les suspects, originaires de la région bordelaise, ont fait preuve d’une grande mobilité caractéristique des black bloc.

Mouvance black bloc très active à Bordeaux

Ces trois arrestations confirment l’activité de cette mouvance ultra-gauche dans l’agglomération bordelaise. En décembre 2019, 16 personnes -de 19 à 45 ans- avaient été mises en examen pour “association de malfaiteurs en vue de commettre des dégradations et des violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique”.

Lors d’une perquisition dans une location Airbnb où ils logeaient, les enquêteurs avaient mis à jour un atelier de fabrication de cocktails molotov. Bouteilles d’acide chlorhydrique, mèches et boules d’aluminium figuraient également parmi leurs découvertes. Ils avaient également trouvé des gants, masques, et bouchons cloutés. Ces derniers peuvent être utilisés pour crever les pneus des véhicules des forces de l’ordre.

Pour Eric Delbecque, ces trois arrestations sont la marque d’un “travail de fond”. Elles confirment que la judiciarisation “fonctionne”, souligne l’auteur de l’ouvrage sur les black bloc “Les ingouvernables” (Grasset). “Tout ne se joue pas uniquement lors du maintien de l’ordre” pour contrer les black bloc, ajoute à L’Essor Eric Delbecque.

Retrouvez l’article sur le site de l’Essor en cliquant ici.
Photos CC via Flickr de : Appaloosa, CNADF, Jeanne Menjoulet, Strassenstriche.net

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu