fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Les bonnes âmes versent des larmes de crocodile sur le sort des mineurs isolés qui arrivent en masse en Europe. La réalité est bien différente comme le savent les habitants des grandes villes.

Libération a récemment publié un article stupéfiant sur les mineurs étrangers isolés qui perturbent la vie des grandes cités européennes et ruinent les départements français. Les journalistes se gardent bien de révéler que ces « mineurs » souvent n’en sont pas et qu’ils se servent de leur prétendue minorité pour pourrir la vie des citoyens européens avec une grande impunité. 

Nos confrères des Observateurs ont récement repéré une information dans la presse allemande (voir ici).

La presse allemande n’est pas connue pour son courage à l’heure d’aborder les questions migratoires. Mais il arrive un moment où les journalistes ne peuvent plus occulter la situation à des lecteurs qui en subissent tous les jours les conséquences.

 

Les « jeunes réfugiés » étaient des adultes criminels

 

C’est une preuve de plus de la dangerosité de l’immigration clandestine de masse organisée par le gouvernement d’alliance de gauche d’Angela Merkel. L’année dernière, des prétendus « réfugés mineurs non-accompagnés » ont semé la terreur dans les rues de Mannheim. Une centaine de « jeunes », originaires d’Afrique du Nord, s’étaient spécialisés entre autres dans des vols effectués sur les corbeilles des bicyclettes. Ils ont commis plus de 600 délits jusqu’à la fin de 2017. Ceux qui ont été arrêtés ont dit être âgés de onze à dix-sept ans, ce qui leur a permis d’éviter d’être mis dans un foyer de requérants d’asile – et de disparaître dans la nature pour près de la moitié d’entre eux, leurs mensonges ayant été naïvement acceptés par les autorités de police. En réalité, il s’agissait d’individus depuis longtemps adultes.

Dans 36 cas sur 37, les contrôles d’identité ont donné pour résultat que les criminels soi-disant mineurs étaient, contrairement à leurs déclarations, adultes depuis longtemps. Le plus âgé d’entre eux, un Marocain qui s’était déclaré comme Algérien, était né en 1990 et pas en 2002, comme il l’avait indiqué. Le plus jeune avait dix-huit ans.

Retrouvez l’article de Claude Haenggli sur le site des Observateurs en cliquant ici.
Photo CC de William Murphy via Flickr.

Retrouvez notre article sur les dérives de Libération en cliquant ici.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu