fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Le retrait partiel américain en Syrie décidé par le président Trump est un signe positif de la puissance américaine dans la région. Tous les secrets d’une décision mûrement réfléchie qui enrage les néoconservateurs.

La décision du président Trump de déplacer entre cinquante et deux cents soldats des forces spéciales américaines déployées dans le nord de la Syrie a provoqué une réaction indignée des milieux bellicistes nord-américains. Dans les colonnes de Breitbart, un ancien des Forces spéciales américaines replace les décisions du président Trump dans leur contexte. Nous vous présentons de larges extraits dans une traduction rapide.

Alep photographiée en 2009 quand le pays était en paix.

Le président Trump exploite toutes les ressources de la puissance américaine pour lutter contre les menaces auxquelles notre pays est confronté au lieu de se reposer uniquement sur l’armée.

Depuis le 11 septembre, les présidents George W. Bush et Barack Obama ont concentré leurs efforts en matière de politique étrangère sur le terrorisme et le Moyen-Orient, en s’appuyant fortement sur l’armée américaine pour résoudre nos problèmes sécuritaires. Après dix-huit ans de guerre, nous n’avons guère progressé tout en surchargeant l’armée et nous avons finalement plutôt négligé les principales menaces à notre sécurité nationale.

Trump a intelligemment reconnu les limites de l’action militaire. Une fois qu’il a permis à l’armée américaine de vaincre l’État islamique en brisant son potentiel militaire, entravant considérablement sa capacité à planifier des attaques contre les États-Unis, il a cherché à réduire la présence de ses troupes.

Alors que les États-Unis étaient occupés à dépenser des milliards de dollars au Proche-Orient, la Russie et la Chine ont considérablement accru leur influence par le biais de la puissance militaire traditionnelle en envahissant les pays situés aux portes de l’Europe et en affirmant leur domination dans la mer de Chine méridionale. En outre, pendant ce temps, les deux pays ont fait d’énormes progrès dans les domaines non conventionnels de l’information et de la guerre économique.


Ne vous y trompez pas – Trump a eu recours à la force militaire quand cela servait à quelque chose. Il l’a utilisée de manière décisive pour vaincre l’État islamique en Irak et en Syrie, mais il fait appel également la puissance économique. Il a à juste titre mis fin à l’accord sur l’Iran qui avait injecté des milliards de dollars dans le premier sponsor du terrorisme et tout en pariant sur des sanctions pour éviter une guerre avec l’Iran tout en les empêchant de financer leurs mandataires au Moyen-Orient. Ce mélange de puissance militaire et économique nous éloigne d’engagements locaux à long terme coûteux tout en assurant notre sécurité.

Les instincts de Trump, cependant, ont été confrontés à une résistance bureaucratique majeure de la part de la défense et des institutions diplomatiques, qui soutiennent que la défense des intérêts des États-Unis exige la présence de soldats américains sur le terrain.

Trump utilise la même combinaison de pressions militaires et économiques contre notre rival russe. En Syrie, il a autorisé nos forces terrestres à se défendre contre l’agression russe. Le résultat fut un grand nombre de mercenaires russes morts. Le message adressé à la Russie était clair: la force se heurterait à la force, pas aux fausses lignes rouges. Mais il est également critique les membres de l’ OTAN qui achètent du pétrole russe – une attaque astucieuse sur faible économie russe.

Trump a intelligemment reconnu les limites de l’action militaire. Une fois qu’il a permis à l’armée américaine de vaincre l’État islamique en brisant son potentiel militaire, entravant considérablement sa capacité à planifier des attaques contre les États-Unis, il a cherché à réduire la présence de ses troupes. Trump était très clair: nous étions là pour vaincre ISIS et sortir. Il ne s’agissait pas d’organiser des armées locales, de sécuriser le pays pour que des élections puissent avoir lieu ou d’autres objectifs politiques ambitieux.

L’Union européenne est absente du terrain au Proche-Orient et n’opère que quelques missions humanitaires.

Les instincts de Trump, cependant, ont été confrontés à une résistance bureaucratique majeure de la part de la défense et des institutions diplomatiques, qui soutiennent que la défense des intérêts des États-Unis exige la présence de soldats américains sur le terrain. «Nous devons garder le cap» est devenu le cri de bataille de gauche et de droite. Le président a reçu une avalanche d’injures pour vouloir retirer les forces américaines une fois leur tâche accomplie.

Mais Trump voit qu’il n’y a pas de résultat positif pour les États-Unis en Syrie. Il reconnaît que les troupes américaines en Syrie servent de cibles aux forces iraniennes et aux mercenaires russes qui soutiennent Assad, tout en servant de monnaie d’échange involontaire entre les Kurdes, Damas et Ankara.

Le président Trump n’est pas un de ces civils qui fétichisent tout ce qui est militaire. Il sait qu’engager l’armée ne doit se faire qu’à coup sûr et que le prix à payer est toujours élevé. Ici, la rencontre avec un grand blessé de guerre.

L’Iran et la Russie doivent être confrontés, mais le nord-ouest de la Syrie, enclavé, n’est pas le lieu indiqué pour mettre en oeuvre nos ressources et risquer la vie de nos soldats. Les Kurdes syriens ne sont pas assez importants sur le plan tactique pour que nous puissions prendre le risque d’un affrontement avec la Turquie. La Turquie contrôle certains des ports et des terres les plus stratégiques de la région et constitue un pays dont nous avons besoin pour lutter contre l’agression russe. La Russie a besoin de la Turquie pour relier sa marine de la mer Noire à la mer Méditerranée et donc au sud de l’Europe. Les Russes n’aimeraient rien de plus que de rester sur le terrain en Syrie, de soutenir les Kurdes syriens et de menacer la soi-disant souveraineté de la Turquie.

L’US Army a des relations paradoxales avec le président Trump. D’un côté elle le considère comme un allié en vue de ses besoins matériels et d’un autre, elle se méfie de lui car il ne veut pas s’en servir comme outil principal de la puissance américaine.

Les bellicistes à Washington soutiennent que nous devons rester sur le terrain et collaborer avec nos partenaires (principalement des Kurdes syriens) pour éviter tout risque de retour de l’État islamique. Or, l’ISIS reviendra, quelle que soit notre présence en Syrie. Ce n’est pas une question de “si” – malheureusement, c’est “quand”. Pour comprendre pourquoi, nous n’avons pas besoin de chercher plus loin qu’une carte. Les sunnites vivant en Syrie sous Bachar El Assad et en Irak sous un gouvernement irakien dominé par les chiites et soutenu par l’Iran n’ont pas d’autre recours qu’au terrorisme d’inspiration religieuse pour retrouver une autonomie politique. Lorsque la prochaine action terroriste d’ISIS aura lieu, nous pourrons rapidement aider les partenaires régionaux ou l’écraser unilatéralement. En attendant, laissez l’Iran chiite tenter de contrôler ce foyer d’extrémisme. Grand bien leur fasse.
Si le peuple américain veut faire la guerre pour les droits de l’homme, nous devons alors rétablir la conscription et doubler la taille de l’armée. Il y aurait de nombreux endroits en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie centrale où nous aurions besoin de lutter contre des conflits de plusieurs décennies pour redresser les torts du monde.

La politique étrangère de Trump n’est pas un retrait du monde, c’est un engagement de chaque instrument de la puissance américaine pour combattre les menaces qui nous menacent. Les activités de renseignement et les actions secrètes constituent un outil majeur dans cet arsenal. Le Moyen-Orient, en particulier la guerre civile syrienne, est une guerre de milices et de mercenaires, et nous devrions nous concentrer sur le financement de milices locales afin de piéger davantage les Iraniens et la Russie dans une insurrection brutale sunnite. C’est ce que nos services de renseignement sont formés et équipés pour faire.

Bachar El Assad n’est pas un ennemi des Etats-Unis et ne lui pose aucune menace stratégique.

Etre un outsider politique a libéré Trump des courants de pensée dominants en matière de politique étrangère qui ont dominé l’après 11 septembre. La politique étrangère républicaine traditionnelle cherchait à renverser des régimes despotiques et à reconstituer des paysages étrangers à notre image.

Tout comme les républicains considéraient l’armée comme un moyen de construire rapidement de nouvelles démocraties, les démocrates considéraient l’armée comme un outil permettant de résoudre les plus graves problèmes du monde.

L’administration Obama a fait valoir que les États-Unis ont la responsabilité de protéger les populations en danger, où qu’ils soient, de mettre fin aux massacres. Son accomplissement suprême a été le renversement de Mouammar Kadhafi en Libye et a généré le chaos qui y règne encore aujourd’hui.

La politique étrangère de Trump n’est pas un retrait du monde, c’est un engagement de chaque instrument de la puissance américaine pour combattre les menaces qui nous menacent. Son relatif bon partenariat avec la France le démontre.

La volonté de dialogue d’Obama avec l’Iran lui a permis d’exploiter le chaos dans la région et d’étendre son influence à travers l’Irak jusqu’en Syrie, lui donnant la capacité de perturber le commerce international dans le golfe Persique et la mer Rouge. Alors que les guerres idéologiques des États-Unis au Moyen-Orient nous tenaient occupés, la Russie et la Chine devenaient de plus en plus fortes.

Malgré les différences entre les partis politiques, les résultats étaient similaires: le ministère de la Défense était le responsable et le principal outil pour lutter contre le Moyen-Orient et la lutte antiterroriste. Les politiciens de droite comme de gauche ont accepté cette dynamique.

Le président Trump ne méconnaît pas le cout humain de la guerre. Ici, une cérémonie à l’occasion du retour à la maison de soldats américains.

L’absence de fondement politico-idéologique de Trump est la raison pour laquelle il est le seul président de l’histoire récente à avoir été capable d’examiner objectivement notre politique étrangère et de rechercher la meilleure solution pour notre pays.

On s’est moqué de lui pour avoir prétendu que sa politique était «gagnante» pour notre pays, mais nous devons nous demander: «Que devrait être notre politique étrangère?» Nous avons essayé de reconstruire les pires nations du monde sans rien obtenir en retour mais nous avons dépensé des fortunes et perdu la vie de nombreux Américains. Trump devrait suivre son instinct et continuer à faire ce qui maintiendra notre pays sur sa trajectoire gagnante actuelle.

Le président s’adresse aux militaires en leur parlant un langage de vérité.

Joe Kent est un sous-officier des forces spéciales de l’armée américaine à la retraite. Joe a passé plus de vingt ans dans des opérations spéciales et a effectué onze déploiements outre-mer. Son épouse, l’officier marinier Shannon Kent, a été tuée en 2019 lors d’opérations spéciales contre l’État islamique en Syrie.

Le site d’informations en ligne Breitbart est indispensable pour connaître la politique américaine sans les interférences des Fake news.

Photos DR Breitbart et CC via Flickr de Epoch Times, EU Civil Protection, Office of the General Chief of Staff, GPAP Photo Archive, Michael Ann Cerniglia, National Guard et US Department of State.
Retrouvez l’intégralité de l’article de Joe Kent sur le site de Breitbart en cliquant ici.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu