fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Le jeune turc des Républicains, le sénateur Sébastien Meurant est un homme à suivre. Il a un courage politique certain et, contrairement à nombre de ses collègues, cherche à défendre les intérêts de ses électeurs plutôt que ceux de la clique médiatico-politique qui contrôle ce pays.

Le site Boulevard Voltaire a eu vent d’une intéressante circulaire adressée par le sénateur Sébastien Meurant à ses collègues. Un extrait.

« La France peut-elle rester la France en changeant de peuple ? » 

« La France peut-elle rester la France en changeant de peuple ? » C’est la question qui résume le contenu de la longue missive de Sébastien Meurant, sénateur LR du Val-d-Oise, à ses amis politiques au Sénat. Missive que Boulevard Voltaire a pu se procurer.

Le jeune élu sait de quoi il parle. Ancien maire de Saint-Leu-la-Forêt, il s’était à l’époque battu pour ne pas se faire imposer de camp de migrants dans sa commune. Aujourd’hui, alors que les LR se retrouvent en déshérence idéologique, ce courrier intervient comme une tentative de rappel de ce qu’est la droite.

Le président Macron oppose une résistance nulle aux forces qui veulent détruire la France en altérant sa substance.

« Si nous voulons demeurer une vraie force d’opposition à la politique de déliquescence du Président Macron, il faut répéter […] ce qui est essentiel à notre engagement politique : l’amour de la France et le service des Français. »

Selon Boulevard Voltaire, pour répondre à cela, le sénateur propose quelques pistes que n’aurait pas reniées le Rassemblement national :
– réserver la plupart des prestations sociales aux ressortissants français ;
– remise sur la table de la politique d’immigration familiale ;
– arrêt de la « sous-traitance des missions régaliennes à des associations vivant de fonds publics ».

L’extrême-gauche, et ses différents paravents médiatiques ou associatifs, sont un des plus graves dangers qui pèsent sur l’Europe.

Le sénateur a également dénoncé les atteintes à la souveraineté.

« Nous glissons vers l’impuissance des États, organisée sous couvert d’un rêve européen de paix perpétuelle mâtinée de fin de l’histoire et promu à coups de paris aussi vains que pernicieux :
– pari de dépassement définitif des vieux États-nations périmés puisque le citoyen européen était né et qu’il était d’abord un consommateur, membre d’un ensemble fédéral résolument ouvert ;
– pari que l’ouverture des frontières était un facteur de richesse et de citoyenneté heureuse. »

Le mensuel l’Incorrect est le lieu de rencontre de la droite qui veut changer les choses et faire bouger les lignes.

Pour l’heure, celui qui veut s’inspirer du programme RPR-UDF de 1990 fait partie de ces voix dissonantes, mais grossissant chaque jour davantage, des élus LR qui préfèrent dialoguer avec Marion Maréchal plutôt qu’avec Emmanuel Macron. L’élu du Val-d-Oise a, par ailleurs, dîné avec la jeune retraitée de la vie politique, ce mardi, à l’initiative d’Erik Tegnér, président de Racines d’avenir, et Jacques de Guillebon, rédacteur en chef du mensuel L’Incorrect, comme l’a révélé Le Figaro.

La grande majorité des républicains reste prisonnière des schémas anciens et hésite à rejoindre Sébastien Meurant. En affichant ces réticences, la sénatrice Christine Lavarde creuse davantage la tombe politique de la droite libérale et prépare son remplacement par une nouvelle génération qui trouvera un terrain d’entente avec la droite patriotique et identitaire.

TV Libertés s’intéresse aux pistes ouvertes tant par Marion Maréchal que par des personnalités républicaines comme Sébastien Meurant ou comme le jeune et très courageux Erik Tegnér. Cliquer sur l’image pour retrouver le programme en ligne.

Retrouvez l’intégralité du post sur Boulevard Voltaire en cliquant ici.
Photos DR et CC via Flickr de Quixotic54, Parlement européen, Annette Dubois, l’Incorrect.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu