fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Confronté à des vagues migratoires de pseudo-réfugiés et vraies victimes des passeurs, le ministre italien de l’Intérieur a eu une idée vraiment géniale qui peut définitivement couper le robinet des arrivées.

Ce sont les ONG complices des passeurs qui déversent sur l’Italie de jeunes migrants économiques qui enrichissent les passeurs.

Pour arrêter ces débarquements, Salvini vient d’avoir une idée de génie : imposer une amende de 5500 € pour chaque pseudo migrant débarqué.

Le langage franc du collier de Matteo Salvini plait au peuple italien.

Le projet de loi annoncé par Matteo Salvini le vendredi10 mai dernier imposerait une amende de 3500 à 5500 € par personne en situation irrégulière débarquée en Italie.

Dans les cas les plus graves, les bateaux battant pavillon italien verraient leurs autorisation de naviguer révoquées.

Les artistes d’extrême-gauche se mobilisent dans toute l’Europe pour produire des œuvres destinées à favoriser l’arrivée de pseudo-réfugiés.

A la nouvelle de ces mesures, les organisations pseudo humanitaires ont poussé des cris d’orfraie et ont accusé le gouvernement italien d’attaquer les droits de l’homme et de tordre le cou au droit international humanitaire.

« C’est comme coller des amendes aux ambulances qui amènent des malades à l’hôpital » a réagi Claudia Lodesani, présidente de Médecins sans frontières Italie.

Le bourrage de crâne de la bien pensance s’est révélé incapable d’empêcher le succès électoral de Matteo Salvini.

Selon la gauche, les futurs décrets du gouvernement italien font peser une grave menace sur les principes du droit humanitaire et sur le devoir moral de sauver les vies en danger en mer.

Le président de l’organisation Open Arms a expliqué qu’il n’en avait rien à faire des mesures du gouvernement italien et qu’il n’en tiendrait aucun compte.

Les mesures annoncées par Matteo Salvini ne sont pas encore une réalité juridique. Elles doivent être approuvées d’abord par le conseil des ministres et ensuite être votées par le Parlement.

Après avoir débarqué en Italie, les pseudo-réfugiés se dispersent dans toute l’Europe où ils sont accueillis par des organisations d’extrême-gauche.

Même si les mésures de Matteo Salvini ne dépassent pas l’effet d’annonce, elles indiquent un changement de ton qui va contribuer à réduire le flux des personnes trompées par les passeurs avec la complicité des ONG de gauche.

Photos DR et CC déjà créditées ou via Flick de Blondinkard Fröbert, Jeanne Menjoulet, Prime Italia.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu