fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Sur le site Boulevard Voltaire, le colonel Jacques Hogard n'hésite pas à di…

Sur le site Boulevard Voltaire, le colonel Jacques Hogard n'hésite pas à dire : « Rendre hommage à Hô Chi Minh, une faute grave, morale et politique ».

Un entretien décapant à retrouver en entier sur Boulevard Voltaire.

Le Premier ministre français était en déplacement au Vietnam.
Que pensez-vous de l’hommage qu’il y a rendu à Hô Chi Minh, le leader de l’indépendance de l’Indochine ?

Je pense que c’est un hommage tout à fait déplacé. Selon moi, c’est une faute grave. Une faute morale bien sûr, mais aussi politique.
C’est une faute morale tout d’abord, parce que c’est faire fi de ce qu’est ce régime et de ce qu’il a fait. Ce régime perdure aujourd’hui au Vietnam. On sait le mal qu’il a fait aux populations, notamment aux minorités et en particulier aux minorités chrétiennes, victimes de persécutions.
C’est aussi faire fi de l’Histoire de la France au Vietnam. C’est oublier le sacrifice consenti par les soldats du corps expéditionnaire français en Indochine. C’est oublier aussi le sacrifice de leurs frères d’arme des unités de l’Empire de l’époque, et en particulier de nombreux Africains tombés aux champs d’honneur en Indochine. C’est enfin oublier le sacrifice de leurs frères d’arme vietnamiens, cambodgiens et laotiens. Ils se sont avant tout battus pour la liberté face au communisme, ce que le Maréchal de Lattre appelait ‘’cette forme moderne des grandes invasions barbares’’.
Rendre hommage à Hô Chi Minh me paraît également être une faute politique, parce que nous n’avons rien à attendre comme complaisance particulière de ce genre de comportements vis-à-vis de ce régime.

Derrière cet hommage, le passé de la guerre d’Indochine remonte. On pense à Diên Biên Phu et au massacre des prisonniers de guerre français à la fin de la guerre, morts en masse dans les camps de travail. On a dû mal à comprendre la position de l’État français sur ce sujet…

Je pense qu’il faudrait que monsieur Philippe lise cet excellent ouvrage intitulé Le manifeste du camp n° 1. Il doit sans doute le méconnaître. Il découvrirait dans ce livre magnifique la réalité des camps de la mort Viet Minh, des camps de rééducation. On y parle de lavage de cerveau. Ces camps ont vu passer tant d’officiers, de sous-officiers et de soldats français.
Si le nom de Boudarel ne lui dit rien, il ferait bien de se renseigner, car il me fait justement penser à Boudarel dans cette affaire.
On ne peut pas nier l’Histoire. On ne peut pas la nier ou la refaire comme on voudrait qu’elle soit. L’Histoire existe. Il faut la prendre en compte avec une double exigence, la fidélité à la mémoire et le respect des véritables intérêts du pays.

De grands enjeux commerciaux semblent néanmoins en jeu entre la France et le Vietnam. Selon vous, les accords commerciaux peuvent-ils excuser cette attitude ?

L’argent a tendance à se substituer à tout aujourd’hui. C’est par exemple la raison de cet aberrant rapprochement de la France avec le Rwanda. Ce petit pays nous attaque depuis 25 ans. Il tente de nous rendre responsables d’un génocide qui a été commis par des Rwandais contre des Rwandais. C’est quand même assez fort de café. Les raisons de ce rapprochement sont purement économiques. Elles sont d’ailleurs liées à l’exploitation éhontée que fait le Rwanda des richesses de son voisin, la RDC, qui est en perdition.
(…)

http://www.bvoltaire.fr/colonel-jacques-hogard-rendre-homm…/




Source

AIDEZ FRANçoise

EXPULSée de son logement social 12h avant la fin de la trève hivernale

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu