fbpx
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

A en croire les médias, le racisme aux Etats-Unis plonge les populations noires dans une situation terrible. Un constat général des médias : les Blancs sont coupables ! Pourtant, la réalité est totalement différente. Les chiffres qu’on vous dévoile viennent d’être publiés par le gouvernement américain. Vous ne les lirez nulle part ailleurs.

Une femme courageuse, Heather Mac Donald, dans les colonnes de l’excellent magazine City Journal, ose mettre les pieds dans le plat et relayer les statistiques officielles de la violence raciale aux Etats-Unis. 

Nous vous offrons de larges extraits de son article dans une traduction rapide. 

Les accusations du Parti démocrate selon lesquelles l’Amérique fait preuve d’un racisme endémique deviennent de plus en plus fréquentes et vociférantes. Lors du dernier débat présidentiel, Pete Buttigieg a annoncé que le «racisme systémique» serait «avec nous», quel que soit le candidat qui remporterait la présidence. Beto O’Rourke a affirmé que le racisme en Amérique est «fondamental» et que les personnes de couleur étaient sous la «menace mortelle» du «suprémaciste blanc à la Maison Blanche»; Julián Castro a dénoncé la menace croissante de «suprématie blanche»; et Cory Booker a appelé à «attaquer le racisme systémique», en particulier dans le système de justice pénale «à préjugés raciaux».

La radicalisation de la gauche américaine conduit des secteurs entiers de la population blanche a adopter des discours de la haine de soi.

Dans le même temps, les explications possibles des disparités raciales ont été ramenées à une seule: ce même racisme. Au cours du débat de ce mois-ci, Joe Biden a tenté de suggérer à certains parents «pauvres» de bénéficier d’instructions relatives aux pratiques optimales en matière d’éducation des enfants: «Nous [devrions] faire venir des travailleurs sociaux dans les maisons des parents pour les aider à gérer l’éducation de leurs enfants. Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas aider, ils ne veulent pas, ils ne savent pas trop quoi faire », a-t-il déclaré. Biden invoquait l’une des principales initiatives anti-pauvreté de l’administration Obama. Les programmes de visites à domicile associent infirmières et autres travailleurs des services sociaux avec des femmes enceintes et de nouvelles mères pour leur enseigner les compétences parentales. Des activistes de gauche ont réclamé et gagné des centaines de millions de dollars du gouvernement fédéral pour de tels programmes. Pourtant, les experts ont dénoncé la «réponse horriblement raciste» de Biden dans la presse et lui ont demandé de se retirer de la primaire présidentielle à cause de cela. Buttigieg a dit du bout des lèvres que la déclaration de Biden était «bien intentionnée» mais «mauvaise», car elle ignorait le fait que «l’inégalité raciale» dans ce pays avait été «mise en place volontairement». 

Les médias ont contribué à donner à des réels cas de violence policière une publicité telle qu’ils ont créé une réalité alternative qui remplace le monde réel.

Dans le climat politique actuel, le discours de Barack Obama à l’occasion de la fête des pères à Chicago en 2008 serait considéré comme une manifestation impardonnable de suprématie blanche. «Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes», a déclaré Obama à une audience dans une église du quartier sud, les Américains admettront que trop de pères ont «disparu de trop nombreuses vies et de trop nombreux foyers. Ils ont abandonné leurs responsabilités, agissant comme des garçons plutôt que comme des hommes. » Dans la frénésie actuelle de rhétorique antiraciste, toute référence à la responsabilité personnelle marque le locuteur comme étant irrémédiablement raciste.

 Selon l’étude, 593 598 victimes de violence interraciale (à l’exclusion des homicides) entre Blancs et Noirs ont été enregistrées l’année dernière, y compris des attaques de Blanc sur Noir et de Noir sur Blanc. Les Noirs ont commis 537 204 de ces crimes interraciaux, soit 90%, et les Blancs, 56 394, soit moins de 10%. Voilà des faits que ces manifestantes de gauche ne veulent ni connaître ni accepter.

L’argumentaire antiraciste ne repose sur aucun fait. C’est pourtant l’idéologie officielle, implanté dans les listes de lecture d’été des étudiants de première année à travers les œuvres de progressistes bien vus par les médias, que les Blancs représentent une menace grave, sinon mortelle, pour les Noirs. Cela a peut-être déjà été vrai, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ce mois-ci seulement, le Bureau of Justice Statistics a publié son enquête 2018 sur la criminalité. Selon l’étude, 593 598 victimes de violence interraciale (à l’exclusion des homicides) entre Blancs et Noirs ont été enregistrées l’année dernière, y compris des attaques de Blanc sur Noir et de Noir sur Blanc. Les Noirs ont commis 537 204 de ces crimes interraciaux, soit 90%, et les Blancs, 56 394, soit moins de 10%. Ce rapport devient de plus en plus asymétrique, malgré l’affirmation du Parti démocrate que la violence blanche inspirée par Trump est en hausse. En 2012-13, les Noirs avaient commis 85% de toutes les victimisations interraciales entre Noirs et Blancs; les Blancs seulement 15%. De 2015 à 2018, le nombre total de victimes blanches et la proportion des victimes blanches ont également augmenté. 

Ces manifestantes n’ont aucune idées de la réalité de la violence inter raciale aux Etats-Unis.

Les Noirs sont également surreprésentés parmi les auteurs de crimes racistes – de 50% – selon les plus récentes données du ministère de la Justice de 2017; les Blancs sont sous-représentés à 24%. Cela est particulièrement vrai pour les crimes de haine anti-homosexuels et antisémites.

L’éducation est une bonne solution pour faire retomber la violence inter raciale. Mais elle ne suffit pas. Il faut aussi reconstruire la famille au sein de la communauté noire.

Les médias dominants ignorent ces réalités factuelles tout comme les politiciens démocrates. Cet été, trois attaques en groupe d’une violence choquante contre des victimes blanches dans le centre-ville de Minneapolis ont été filmées par les caméras de vidéo surveillance. 

La pauvreté n’explique pas la violence inter raciale.

Le 3 août , en plein jour, une douzaine d’assaillants noirs, dont certains âgés de 15 ans à peine, ont tenté de prendre le téléphone portable d’un homme, le frappant violemment et le frappant à coups de pied alors qu’il était étendu sur le sol. Ils ont sauté sur son torse comme un trampoline, lui ont enlevé ses chaussures et son pantalon pendant qu’ils fouinaient dans ses poches, lui ont brisé un pot de fleurs sur la tête et ont roulé à vélo sur son corps prostré. Le 17 août , un autre groupe a frappé une autre victime jusqu’à ce qu’elle perde connaissance, lui volant son téléphone, son portefeuille, ses clés et de l’argent. En juillet , deux hommes ont été agressés de la même manière. Ce type d’attaques a augmenté de plus de 50% dans le centre-ville de Minneapolis cette année.

La bien pensance américaine condamne le « racisme » mais à aucun moment n’avance des idées pour réduire la violence qui détruit la communauté noire.

Les médias de Minneapolis ont accordé une brève attention à ces vidéos et presque aucun média national n’a évoqué ces attaques (CNN a imputé les agressions au manque d’effectifs de la police et a ignoré la haine raciale évidente qui constituait l’aspect le plus visible des attaques). 

(…)

Le refus par la gauche américaine de prendre en compte la réalité de la violence inter raciale équivaut à une mise en danger d’autrui.

Si la race des auteurs et des victimes de ces incidents était inversée, il y aurait eu un tollé général des médias, des personnalités publiques auraient dénoncé la violence «suprémaciste blanche» et rréclamé des mesures urgentes contre le racisme blanc. Mais parce que la violence ne correspond pas au récit standard des relations raciales américaines, elle est soigneusement maintenue hors de la scène.

En 2008, Barack Obama a été en mesure d’associer une telle anarchie à la dissolution de la famille. «Les enfants qui grandissent sans père sont cinq fois plus susceptibles de vivre dans la pauvreté et de commettre des crimes; neuf fois plus susceptibles d’abandonner les écoles et vingt fois plus susceptibles de se retrouver en prison », a-t-il souligné dans son discours de Chicago. 

Le tabou d’aujourd’hui sur la reconnaissance des racines comportementales de l’implication du système de justice pénale, de la pauvreté multigénérationnelle et de l’écart entre les résultats scolaires et universitaires n’est pas une avancée en matière de droits civils. Au contraire, cela garantira la persistance des disparités raciales, où ils pourront être utilisés par des politiciens et des activistes opportunistes cherchant à manifester leur soi-disant sensibilité raciale et à détourner l’attention des changements culturels qui doivent avoir lieu pour que la parité raciale soit totale.

En France, nous assistons à un phénomène comparable. Le refus de prendre en compte la réalité du terrorisme islamique annonce le prochain refus de la réalité, celui qui concerne la violence des groupes raciaux en cours de formation dans notre pays.
Que l’exemple américain nous serve de leçon.
Retrouvez l’intégralité de l’article de Heather Mac Donald sur le site du City Journal en cliquant ici.
Photos DR et CC via Flickr de Cool Revolution, Susan Melkisethian, Victoria Pickering, Robert Thvierge, CanPacSwire, Joe Brusky et Johnny Sivercloud.

AIDEZ la nouvelle librairie

Une centaine de Black blocs s’en est pris très violemment à la Nouvelle Librairie.

Nous comptons sur vous

Pour nous rejoindre
dans ce combat !

Fermer le menu